Maillots vintage Brésil

Notre collection de Maillots vintage officiels de football de l'Équipe Nationale du Brésil retrace les épisodes éblouissants de l'équipe de football qui a suscité l'admiration de tous les amoureux du football dans monde entier. Dans le ranking mondial de la FIFA le Brésil a occupé la première position pendant plus de 12 ans, notamment de 1994 à 2006 et a remporté les Coupes du Monde de 1958, 1962, 1970, 1994 et 2002. Le football du Brésil des meilleures époques est un football gai, jovial, et très beau à suivre. On peut dire, sans aucun doute que les contributions au football de l'équipe du "jogo bonito" ont notablement amélioré le football et inspiré le public du monde entier.

Vous trouverez entre autres les maillots :

Maillot rétro Brésil années 60. Le symbole de la décennie des années 60 est le Roi Pelé. Lors des années  entre 1958 à 1970 le Brésil développe le meilleur football de son histoire ayant remporté la Coupe du Monde en 1958, 1962 et 1970. En 1962 Pelé se blessa et Garrincha contribua avec une excellente performance à la victoire de l'équipe. Un maillot qui nous raconte la belle histoire du football Brésilien.  

Maillot vintage Brésil 1970. Ce maillot symbolise le point culminant de cette admirable génération de joueurs de l'équipe brésilienne: Carlos Alberto, Jairzinho, Tostao, Gerson, Rivelino et sans aucun doute  O Rey Pelè. Une équipe du Brésil hautement créative remporta la Coupe du Monde de 1970 en finale face à une Italie intimidée et défensive, 4-1. L'année de 1970 représente aussi le sommet des Coupes du Monde. Un maillot incontournable de l'histoire du foot.

Maillot Brésil 1986. Le maillot d'une génération de footballeurs qui ont aussi marqué une période intéressante du football brésilien: Zico et Socrates ainsi que Júlio César, Branco et le buteur Müller. Lors de la Coupe du Monde de 1986 le Brésil atteint les quarts de finales où l'équipe brésilienne s'inclinera face à la France de Platini.
Un élégant maillot à col Polo, en V. Un autre "must have" de notre collection de maillots de football du Brésil.

Maillots de football de l'Équipe Nationale du Brésil. Des maillots incontournables avec le jaune caractéristique de la sélection "canarinha" pour le temps libre, pour suivre la Copa America ou pour faire du sport. Mode de football vintage pour homme et femme.

Histoire et maillots de l'Équipe nationale de football du Brésil

Existe-t-il un maillot de football plus connu que le maillot jaune ou bleu porté par l’équipe qui a gagné la Coupe du Monde cinq fois et qui suscite l’admiration du monde entier, pas seulement grâce à leur domination sur l’échelle mondiale, mais le style de jeu avec lequel ils ont autant de succès ?

Le début de l’Équipe nationale de football du Brésil

Le premier match du Brésil était une défaite 3-0 contre l’Argentine en 1914, le début d’une longue rivalité que les Brésiliens peuvent prétendre en être les champions ; du moins pour l’instant. Leur premier match contre une équipe européenne fut contre Exeter City, maintenant en quatrième division anglaise ! Le résultat est contesté mais il semble que le Brésil a gagné 2-0.

En 1919 et en 1922, grâce à leur attaquant vedette Arthur Friedenreich, surnommé « El Tigre », le Brésil remporta la Copa America.

Les trois premières Coupe du Monde de football

En 1930, l’équipe de football du Brésil a participé dans la première Coupe du Monde jouée en Uruguay. Remporté par les hôtes Uruguayens, le Brésil a vaincu la Bolivie avant d’être battu par la Yougoslavie.

Quatre ans plus tard, lors de la Coupe du Monde d'Italie de 1934 ils perdent dans le premier tour en Italie contre l’Espagne.

La Coupe du Monde de France 1938 était de loin leur meilleure prestation des trois. Une victoire contre la Tchécoslovaquie dans un match très fougueux a établi une demi-finale contre les tenants du titre, l’Italie. Les Brésiliens, assuré de leur victoire, ont décidé de reposer leur meilleur joueur Leonidas, « le diamant noir » et un des joueurs auquel on attribue l’invention de la bicyclette, mais malheureusement une défaite de deux buts à un n’est pas assez pour accéder à la finale. Il eut tout de même une consolation avec une victoire contre la Suède dans la petite finale, et Leonidas qui récupère le titre de meilleur buteur du tournoi, avec 7 buts en 5 matchs, un des cinq Brésiliens qui remportera ce titre.  

Les premiers maillots de foot du Brésil

Cela peut paraître surprenant, mais pendant tout ce temps, les joueurs ne portaient ni du jaune, ni du bleu. Pour trente ans, de 1919 à 1952, Friedenreich, Feitiço et leurs coéquipiers portaient un maillot blanc, des shorts bleus ou parfoir blancs et des chaussettes noires ou blanches. Le style était assez simple, et le maillot était plutôt beau, mais ce n’est pas le maillot iconique du Brésil.

La première Coupe du Monde Brésilienne de 1950

Après la seconde guerre mondiale, l’intérêt général pour le foot international était loin d’être omniprésent. FIFA avait même peur qu’il n’y ait pas de Coupe du Monde en 1950 car aucun pays voulait s’offrir. Bien heureusement pour tout le monde, le Brésil s’est avancé pour être hôte en 1950 pour la quatrième édition du tournoi le plus populaire de tous les temps.

Pour se faire, un nouveau stade est construit : le stade Maracanã. Ce stade est indisputablement devenu le plus grand stade au monde, avec des sources qui prétendent que plus de 200,000 spectateurs pouvaient être accueillis. Le premier match, avec 81,000 adulateurs présents, fut une victoire de 4 buts à 0 face au Mexique, et les attentes du public brésilien étaient claires : la victoire est obligatoire.

Le dernier match se disputa entre le Brésil et l’Uruguay. Il fallait juste un nul pour l’équipe brésilienne pour s’assurer de la Coupe Jules Rimet, et Augosto, Zizinho et le reste étaient largement favoris, à tel point que des journaux ont écrit des articles sur la victoire du Brésil avant que le match soit joué.

Maracanazo : Malheureusement, le foot n’est pas toujours prévisible. Malgré une victoire 5-1 en Copa America contre l’Uruguay l’année d’avant, et le premier but du match de Friaça, le Brésil s’incline 2-1. Ce résultat est peut-être le résultat le plus choquant de l’histoire du foot international. Avant le match, le maire de Rio avait adressé les joueurs en leur disant « Vous, que je salue déjà comme vainqueurs ! » Il y avait deux bruits à la fin du match : les cris de joie des Uruguayens et le silence assourdissant des Brésiliens. Quatre joueurs, inclut le capitaine, n’ont jamais rejoué pour l’équipe nationale du Brésil, et ce match a eu le surnom de « Maracanazo », ou « l’agonie de Maracana ».

Sans doute la seule conséquence positive de ce match fut la réaction au maillot. Le public a placé une portion des critiques sur le maillot blanc, jugé pas assez patriotique. Le journal Correio da Manhã a donc décidé d’organiser une compétition pour avoir un nouveau maillot pour l’équipe nationale. La seule condition était d’inclure les couleurs du drapeau brésilien, et l’illustrateur Aldyr Schlee remporta ce concours. Son désign, nommé la Camisa Canarinho, est le maillot iconique du Brésil qui est encore porté fièrement par les stars du foot Brésilien en 2020. Le maillot jaune avec le col vert, les shorts bleus et les chaussettes blanches, l’union des quatre couleurs du drapeau, la simplicité de ce maillot, son élégance, sa beauté simple sans être intimidante.

Le maillot du Brésil, né de leur défaite la plus écœurante, est le symbole international de gestes techniques incroyable et d’un amour du foot sincère.

La Coupe du Monde de 1954 - La Bataille de Berne

La Coupe du Monde de Suisse 1954 ne fut pas la meilleure pour l’équipe du Brésil. Une phase de poule assez impeccable au dépens du Paraguay et du Chili, le Brésil se trouve en quart de final contre la Hongrie. Cette équipe hongroise est une meilleure de tous les temps, surnommé l’équipe en or, et mené par des joueurs tels que Puskas et Zakarias. Le match est renommé pour sa violence et sa tension. Didi, un milieu de terrain très technique brésilien, a frappé un adversaire et Nílton Santos et José Carlos Bauer sont tous les deux expulsés pour « brutalités » et les joueurs des deux équipes chambrent leurs adversaires et les supporteurs adversaires le plus possible. Au final, les hongrois remportent le match 4-2 et les rêves d’une première coupe du monde ne sont pas encore accomplis.

L’arrivée de Pele et la Coupe du Monde de 1958

La coupe du Monde de 1958 jouée en Suède  fut la première victoire du Brésil à l’échelle mondiale, et marque le début de carrière internationale pour deux joueurs géniaux : Pelé et Garrincha.

Les deux joueurs ne sont pas des titulaires habituels pour la sélection nationale, et la sélection de Pelé avait fait débat au Brésil.

C’est en phase éliminatoire qu’une des légendes les plus connus du foot se démarque. Il inscrit un but face au Pays de Galle pour devenir le buteur le plus jeune en Coupe du Monde à 17 ans, un record qu’il détient encore. Il marque ensuite un triplé contre la France pour enfin mettre deux buts en finale contre la Suède. Il incarne le foot brésilien, en combinant technique et rapidité avec une finition sans égale et l’image de lui dans le fameux maillot jaune. L’équipe Brésilienne n’a pas porté un maillot jaune en final car le maillot de Suède était déjà jaune. Ne voulant pas porter du blanc de nouveau, 22 t-shirts bleus ont été acheté et le badge a été ajouté pour arriver au maillot qu’on les voit porter en final.

Bien que ce soit en 1962 qu’il se démarque réellement, Garrincha martyrise chaque latéral qui lui fait face avec des dribbles absurdes et invraisemblables. Cette équipe est la première « dream team » brésilienne.

Une nouvelle victoire en Coupe du Monde de 1962

La « dream team » est toute aussi dominante dans la prochaine Coupe du Monde Chili 1962 et les maillots jaunes soulèvent de nouveau la Coupe la plus prestigieuse au monde.

Pelé, reconnu comme le meilleur joueur au monde à ce stade de sa carrière malgré son jeune âge de 22 ans, se blesse dans le deuxième match. Garrincha, « Alegria de Povo » (joie du peuple), prend sa place comme emblème de cette équipe brésilienne. Il y avait vraiment un peu de tout dans ses performances, des buts des deux pieds et de la tête, des dribbles sincèrement incroyables, une technique de frappe surnommé « frappe de banane » pour la trajectoire du ballon, et même un carton rouge en demi-finale pour lequel il n’est pas suspendu. Il avait une fièvre intense le jour de la finale mais cela ne l’empêcha pas de jouer et d’être nommé le meilleur joueur du tournoi.

Dans un match contre l’Angleterre, un chien se faufila sur le terrain, et l’attaquant anglais Jimmy Greaves réussit à l’attraper et l’enlever du terrain, mais le chien l’urina dessus pendant ce temps. Greaves dit que cela a tellement amusé Garrincha que l’ailier a ramené le chien chez lui comme animal de compagnie !

Trois Coupes du Monde en 12 ans

Une sortie en phase de poule lors de la Coupe du Monde de 1966 n’était pas idéale pour l’équipe de foot du Brésil, mais quatre ans plus tard, rien ne pouvait arrêter l’équipe monstrueuse vêtu en jaune.

Le maillot symbolique du Brésil a très peu changé pendant le contrat d’Athleta, avec des petites différences au niveau de l’insigne brésilienne pendant les 23 ans qu’Athena détenait ce contrat, mais en 1970, pour la première fois, les maillots n’avaient pas de col.

Bien que l’équipe brésilienne était très différente de celle de 1962, Garrincha ayant déjà pris sa retraite, l’équipe de la Coupe du Monde de 1970 est souvent nommé comme la meilleure de tout les temps, incluant nations et clubs. Pelé, Rivelino, Jairzinho, Gérson, Carlos Alberto Torres, Tostão et Clodoaldo, le talent présent dans cette équipe est difficile à décrire. Après leur victoire en finale contre l’Italie, le défenseur qui s’est chargé de Pelé, Burgnich, a dit sur Pele : « Avant le match, je me suis dit qu’il était fait de peau et os comme tout le monde. J’avais tort. » C’était aussi pendant ce match que l’un des plus beaux buts collectifs de l’histoire a été marqué. Neuf brésiliens sur onze y ont contribué, et Pele fait une passe décisive à Carlos Alberto en pleine course pour conclure.

Les déceptions de 74 et 78

Avec seulement sept joueurs en commun dans les sélections de 1970 et 1974, ça allait toujours être difficile d’égaler la dernière prestation de l’équipe nationale du Brésil dans la Coupe du Monde 1974. Un match contre le Zaïre donne lieu à une des images les plus surprenantes d’une Coupe du Monde, lorsqu’un joueur du Zaire décide de ne pas attendre que le Brésil prenne leur coup franc, et qui dégage le ballon lui-même. Une victoire contre l’Argentine était leur performance la plus impressionnante, mais il fallait battre le Pays Bas pour aller jusqu’en final, un Pays Bas admiré pour son élégance et son « total football » révolutionnaire. Pelé, avant le match a déploré son équipe qui, selon lui, avait perdu l’essence du foot brésilien. Une défaite face au Pays-Bas est inévitable, et plusieurs cartons rouges auraient pu être dévoilés avant l’éventuel expulsion de Luis Peireira. Ce carton rouge marque la fin du Brésil innocent.

La Coupe du Monde 1978 est une des plus controversées de l’histoire. Organisé par l’Argentine, le pays venait de voir une nouvelle dictature s’instauré, et le président du comité d’organisation de la Coupe du Monde venait de se faire assassiner. Ce n’était pas la meilleure performance du Brésil mais l’équipe Canarinha a tout de même fini troisième après une victoire face à l’Italie. Le meilleur moment brésilien de ce tournoi fut sans doute le but spectaculaire de Nelinho, une trajectoire de balle invraisemblable qui se faufile en petit filet d’un angle ridicule.

Coupe du Monde Espagne 1982 et Mexique 1986

Le milieu de terrain du Brésil en 1982 est un des meilleurs dans l’histoire du football. Zico était un buteur en milieu de terrain et avait un talent technique phénoménal, et est souvent appelé le deuxième meilleur joueur brésilien, après Pelé. Eder avait une puissance incroyable, et un pied gauche qui émerveillait tous les amateurs de foot, mais face à l’équipe Italienne mené par Baresi, une défaite grâce à trois buts de Rossi, le Brésil est éliminé. Santana, l’entraineur, console ses joueurs après le match : « Le monde entier a été envoûté par votre foot. Souvenez-vous de ça ».

Pour ce tournoi et celui de 1986, le badge de l’équipe de foot du Brésil a changé. L’ancien badge a été remplacé par un emblème bleu avec trois étoiles par-dessus, pour représenter les trois Coupes du Monde remporté. La photo de Socrates avec son bandana et ses cheveux longs, et ce nouveau badge est presque aussi emblématique que celle de Pelé en 1970. Malheureusement, ce nouvel insigne n’a pas porté bonheur, car le Brésil est éliminé en quarts de final contre une équipe française extrêmement impressionnante, avec notamment Michel Platini dans les rangs. Le match est décidé sur penalties et cette sortie ne reflète pas le style et talent qu’avait cette équipe brésilienne.

Les victoires de 94 et 02 :

La Coupe du Monde des États Unis 1994 présente des joueurs talentueux tels que Stoichkov, Bergkamp et Baggio, mais c’est l’attaquant Brésilien Romario qui gagnera le titre de meilleur joueur, en tant que joueur vedette d’une équipe brésilienne en feu. Une victoire remarquable contre le Pays-Bas en quart de final, puis un score de 1-0 face à la Suède en demi signifie que l’Italie, grand rival du Brésil du aux nombres de matchs disputés entre les deux équipes, rencontre les Canarinhas en final. Après que les deux équipes échouent offensivement, le match est décidé sur pénalties. C’est Roberto Baggio qui rate le dernier penaltie, et le Brésil est victorieux une quatrième fois en Coupe du Monde.

En 2002, l’équipe de foot du Brésil est rempli de stars mondiaux : Roberto Carlos, Rivaldo, Ronaldinho, Cafu… Mais il y a un joueur en particulier qui sort du lot. Ce joueur s’appelle Ronaldo, et sa vitesse de dribble, sa présence physique, sa finition monstrueuse et même sa coupe de cheveux le démarque. Sa spécialité de dribbler le gardien compte pour 21% de ses buts, une statistique encore plus effrayante en comparant aux autres légendes du foot. Unes des plus grosses tragédies du foot sont ses blessures, car beaucoup d’amateurs de foot pense qu’en terme de talent, c’est le meilleur attaquant et finisseur de l’histoire. Son équipe était largement trop forte pour toutes les autres, et encore une fois, le Brésil est champion du monde du foot, grâce notamment aux huit buts de Ronaldo, surtout ses deux buts en final contre l’Allemagne. Messi l’a décrit comme son héro, et Seedorf comme le meilleur joueur qu’il vu dans sa carrière.